En cette mi-saison, pas moins de 90 bénévoles se sont investis à nos côtés pour permettre la mise en œuvre du programme Lindus-2 (programme cofinancé par le FEDER) sur le col d'Organbidexka. Grâce à eux,59 043 individus ont déjà été recensés sur le site, parmi 43 espèces (01/10).

Comme chaque saison sur le col, la fin de l’été fut marquée par les importants passages de bondrées apivores. Après les milans noirs du mois de juillet, c’est l’espèce qui représente les plus gros effectifs du suivi. Cette année 18 124 individus ont été comptabilisés (01/10), faisant de 2018 la 3ème meilleure année pour l’espèce depuis 40 ans. Parmi les trois jours à plus de 1 500 bondrées recensées, la journée la plus importante eut lieu le 8 septembre (2 031 ind.), une date relativement tardive au regard des années précédentes.

Les cigognes blanches ont également fait des passages remarquables. Plusieurs groupes de plus de 200 individus ont passé le col dès la fin du mois de juillet. Avec un pic sur la journée du 5 août (342 ind.), le total saisonnier s’élève aujourd’hui à 1 368 individus (01/10). Juste en-dessous du record établi l’année dernière (1 404 ind.), ces chiffres confirment l'augmentation progressive du nombre d’individus recensés en migration et coïncident avec les résultats des sites de Gruissan et de Lizarrieta qui établissent chacun un nouveau record cette année. C’est avec grand plaisir que nous observons cette espèce recoloniser nos contrées (3 236 couples recensés en France en 2015) alors qu’elle avait quasiment disparu dans les années 70 (11 couples en 1974).

Côté busards, les observateurs profitent d'une belle saison pour le Busard des roseaux (427 ind.au 01/10) dont plusieurs individus sont encore attendus sur le col. En revanche, 2018 s'avère être la pire année depuis 40 ans pour les busards cendrés avec seulement 44 individus recensés (01/10). Pour cette espèce en déclin, les chiffres sont très aléatoires et passent parfois du simple au double d’une année sur l’autre. Les retours sur une migration prénuptiale rendue difficile par les conditions météorologiques et une mauvaise reproduction toujours liée aux problématiques agricoles dans plusieurs régions pourraient expliquer ces si faibles résultats.

Depuis la mi-septembre, une grande diversité de migrateurs a colonisé le ciel d’Organbidexka avec parfois plus de 20 espèces par jour ! Les aigles transsahariens (circaètes Jean-le-Blanc (240 ind.), balbuzards pêcheurs (154 ind.) et aigles bottés (181 ind.) au 01/10) offrent encore un superbe spectacle aux observateurs en volant de concert au-dessus des cimes pyrénéennes.

Le 25 août fut notamment une journée remarquable pour ces trois espèces et notre jour-pic pour la Cigogne noire avec 201 individus recensés. A l’image de la Cigogne blanche, cette espèce, dont nous recensons déjà 891 individus au 1er octobre, est en constante augmentation depuis le début du suivi sur le col avec des groupes toujours plus importants.

Enfin, la fin du mois de septembre est également marquée par l’arrivée des milans royaux(842 ind. du 27 au 30/09), des faucons (5 espèces observées) et des passereaux (10 espèces dont 14 bruants ortolans). Parallèlement, le premier groupe de plus de 10 pigeons colombins a été observé le 22 septembre et, si le site n’est malheureusement plus un lieu de passage majeur pour les colombidés, nous attendons tout de même avec impatience le passage des résistants du col d’Organbidexka qui ont motivé, il y a de ça 40 ans, la mise en œuvre du projet : les pigeons ramiers. 

 

Consulter le Guide de l'écovolontaire

Le site web du programme

Le site web Lindus-2

Suivez le suivi de la migration sur notre page Facebook !

 

Le projet a été cofinancé à hauteur de 65 % par le Fonds Européen de Développement Régional (FEDER) dans le cadre du Programme Interreg V-A Espagne-France-Andorre (POCTEFA 2014-2020). L’objectif du POCTEFA est de renforcer l’intégration économique et sociale de l’espace frontalier Espagne-France-Andorre. Son aide se centre sur le développement d'activités économiques, sociales et environnementales transfrontalières par le biais de stratégies conjointes en faveur du développement territorial durable.

 

logo2018