Le refuge d’Auseths (Oiseaux en occitan du Béarn) : huit hectares de bois et de prairies pour les oiseaux

Quand Bernard Lavignotte a repris la propriété familiale, la maison était en ruines et la colline de Montalivet était couverte de touyas (végétation typique des terres pauvres comprenant ajonc épineux (touye en gascon), carex, fougères …).
Aujourd’hui, trente cinq ans après, la maison a été restaurée avec goût, entourée d’un joli jardin ; la colline est couverte d’une riche végétation qui fait plus penser à une forêt primitive qu’à une forêt plantée récemment et les deux prairies ont un peuplement d’une variété et d’une richesse exceptionnelles.

Dans la forêt on trouve essentiellement des feuillus et des arbres favorables à la vie des oiseaux. On compte une trentaine d’espèces différentes de feuillus avec des arbres typiques comme le chêne pédonculé, l’acacia, le châtaignier, le saule marsault, le peuplier tremble, l’érable champêtre, le merisier et le bouleau, espèces indigènes.
Depuis 35 ans de nombreuses autres espèces ont été introduites, aulnes, charmes, frênes, hêtres, peupliers pour les feuillus, plus quelques résineux ; le néflier, l’alisier torminal, le fusain d’Europe, la viorne obier et la viorne lantane, le sorbier des oiseleurs, le cornouiller mâle sont venus renforcer la population indigène ainsi que des arbustes comme l’aubépine, le prunellier, la bourdaine, le cornouiller sanguin et le troène… Quelques « exotiques » comme l’érable de Montpellier, le chêne pubescent, le chêne vert viennent d’être introduits.
Si beaucoup d’arbres ont été plantés par le propriétaire, maintenant nombreux sont ceux qui se multiplient naturellement grâce à la dissémination effectuée par les oiseaux et les écureuils notamment. Il est intéressant, par exemple, de voir le très vieux bouleau qui est le père des autres bouleaux de la colline. Le bouleau, le saule, l’aubépine, le prunellier sont le domaine favori des Pouillots véloces et de la Fauvette à tête noire, les fruits de l’alisier attirent les grives et un fourré de 35 m par 60 m environ composé de ronces, saules, aubépines, prunelliers est un milieu idéal pour abriter les insectes et attirer les oiseaux.

Deux mangeoires dont l’une a une capacité de plus de dix litres et environ trente nichoirs faits maison constituent l’aménagement spécifique pour les oiseaux. En plus de nombreux trous dans les arbres sont fréquentés. Par exemple une Mésange bleue niche dans le trou percé sur un moignon, un grimpereau niche sous un bout d’écorce d’un chêne foudroyé. Près d’une soixantaine d’espèces d’oiseaux ont été vues sur ce refuge, nicheurs, hivernants, migrateurs ou simples visiteurs.

JPEG

Notamment le léiothrix, le loriot, de façon irrégulière, l’Aigle botté qui niche probablement sur le site, va se nourrir en ville et régule la population de Tourterelles turques, le Faucon crécerelle, la Chouette hulotte qui néglige le nichoir qui lui est destiné, l’épervier dont le nid n’a pas pu être localisé, le Pic épeiche qui a construit son nid dans un merisier, le Milan noir dans un châtaignier …

Dans une clairière un verger a été aménagé ; on y trouve des fruitiers anciens, pommiers, poiriers, cerisiers greffés sur place, griotte de Moissac, cerisiers basques, noyers, pruniers… Les oiseaux peuvent trouver de l’eau dans une mare naturelle située à l’endroit d’une ancienne marnière. Dans les deux prairies en contrebas lors de la visite du Groupe Refuges un chevreuil, manifestement en confiance dans cet environnement, a pu être observé longuement. De nombreuses graminées indigènes ont été réintroduites : brizes, fétuques, flouves, houlques, lin etc. En juin, lors de la visite, la variété des espèces donnait un aspect luxuriant à cette prairie où d’une part certaines espèces régressent naturellement, le bouton d’or par exemple, d’autres progressent, orchidées (sérapias lingua) et d’autre part les insectes reviennent nombreux : sauterelles criquets, mantes religieuses notamment. Lors d’un inventaire récent (et non totalement terminé), plus de 180 espèces végétales ont été recensées.

JPEG

Pour être complet il faut également citer les mammifères qui viennent profiter des opportunités offertes par l’endroit : blaireau, renard, écureuil, chevreuil …
La situation du site sur une colline, la variété des espèces d’oiseaux qui le fréquentent, la richesse botanique de la forêt et des prairies font de ce refuge un véritable Jardin d’Oiseaux Remarquable.

Coordonnées : LAVIGNOTTE Bernard 1200 ch. de Laslannes 64300 Orthez 05.59.69.29.70 Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.